C’EST FINI

Me voilà rentrée depuis tout juste un mois en France et de retour sur le blog pour un article de clôture.

En ce qui concerne le bilan de mon mois au Népal j’ai adoré Pokhara, une ville très touristique, bordée par un lac et par la magnifique chaine des Annapurna. Les températures y étaient beaucoup plus supportables qu’en Inde (loin des 43 C°) même si nous avions des orages tous les après-midis. Mes trois semaines à Pokhara sont passées en un éclair bien qu’elles n’aient pas toujours été faciles. En effet, la raison pour laquelle j’ai moins écrit sur le blog c’est parce que je me sentais moins intégrée à la vie Népalaise. Je ne vivais pas dans une famille et ma mission m’a un peu déçue.

Je m’explique ! Nous étions un groupe de 6 volontaires à arriver à l’orphelinat où nous avons été froidement reçu. Les jours avançaient et personne n’était jamais disponible pour nous, on ne savait pas vraiment quoi faire d’utile à part jouer avec la dizaine d’enfants présents… et faire cela toute la journée c’est long ! De plus un groupe de 20 volontaires s’est rajouté au notre ce qui m’a mise très en colère et a renforcé mon sentiment d’inutilité. Ce n’est que lors de ma dernière semaine lorsque je me suis retrouvée seule volontaire à l’orphelinat que je me suis sentie plus à ma place et plus proche des enfants.

IMG_3104

IMG_3358

IMG_3373

P1010536

IMG_3539

P1010494

P1010583

P1010630

P1010347

P1010388

P1010503

A ce moment là je suis partagée entre l’envie de rentrer car je ne dors pas et je ne mange pas (bonjour la deuxième tourista) et l’envie de rester car j’ai tellement aimé ces deux pays qui procurent des émotions incroyables à chaque coin de rue où l’on voit des choses que l’on ne voit nul part ailleurs. C’est donc avec le cœur lourd que je quitte le Népal, car ce départ marque la fin non seulement de cette deuxième mission mais surtout de ces quatre mois d’expérience inoubliable. Heureusement je retrouve mes parents en Inde pour une semaine de tourisme dans le Rajasthan et à Mumbai (voir vidéo de l’article précédent) afin que la transition soit moins dure.

C’est bizarrement au moment où l’avion se pose à Paris que je prend conscience de tout ce que j’ai vécu pendant ces quatre mois et j’ai cette sensation étrange d’avoir vécu dans un espace temps différent et que je reviens soudainement à la réalité.

Le retour à la maison est beaucoup plus dur que ce que je m’étais imaginé. J’ai cette impression de vide, de trop calme par rapport à la vie tumultueuse que j’ai menée pendant quatre mois, pleine de surprises. J’ai régulièrement des coups de blues. Ce qui me manque le plus c’est d’abord le style de vie, là bas je me sentais à l’aise et jamais angoissée de rien alors que chaque jours était une montagne d’aventures à surpasser. Et puis les gens me manquent, les relations sans jugements, beaucoup plus simples et plus saines.

J’ai pris le temps de me poser et de réfléchir par rapport à mon expérience et de répondre à des questions qui, j’espère, vous intéresserons ou vous aiderons si vous souhaitez partir faire du volontariat.

IMG_3457

SDNQ8315

IMG_1829

IMG_9628

IMG_9631

Est ce que j’ai réellement servi à quelque chose ?

Globalement je pense que j’étais arrivée en Inde et au Népal avec beaucoup trop d’objectifs, et l’espoir de vouloir changer trop de choses. Ce qui n’était ni mon rôle ni une nécessité. J’ai été très déçue au début avec cette impression de ne pas remplir mon objectif de volontaire, je me suis dit plusieurs fois que je serais plus utile dans une mission de construction ou de nettoyage de l’environnement, que là, je verrais un résultat, que je verrais à quoi je sers. Mais finalement j’ai réfléchis à ce dont les enfants attendaient vraiment de moi, de quoi ont ils besoin, comment je peux satisfaire leurs attentes ? Et finalement c’est en leur apportant l’affection et l’attention dont ils avaient besoin que je me suis épanouie dans ma mission.

IMG_0196

BFRL9666

Le business dans l’humanitaire ? Et si c’était à refaire ?

La grande question de l’argent et des arnaques ! J’ai fait le choix de partir avec un gros groupe Français afin d’être encadrée. Mais tout au long de mon volontariat j’ai eu de nombreuses déceptions. En ce qui concerne mon argent je ne sais pas s’il est allé vers les bonnes personnes et cela me travaille. Les coordinateurs sur place étaient très attirés par l’argent, ils nous proposaient des tours et du shopping beaucoup plus cher que la normale dans le but de toucher une grosse commission. J’avais l’impression d’être prise pour un porte monnaie ambulant alors que j’aurais espéré de leur part justement de l’honnêteté et des conseils pour ne pas me faire avoir. Je pense que pour une première expérience dans ce genre il est plus rassurant de partir avec un gros organisme mais si cela était à refaire dans le futur je ferai des recherches sur internet afin de trouver une cause et une ONG sur place qui ont besoin d’aide et je m’y rendrai par mes propres moyens sans intermédiaires.

P1000583

P1000656

P1000712

P1000782

P1000838

P1010035

P1010139

P1010169

Que m’a apporté cette aventure?

Alors je ne fais pas partie de ces personnes qui reviennent totalement changée après une mission humanitaire ! Je suis encore bien la « moi » d’avant l’Inde mais je suis revenue avec une vision différente de certaines choses de la vie. Mon regard sur certaines personnes a évolué, j’ai appris à relativiser et à prendre du recul sur des petits tracas quotidiens sans importance, à apprécier des petits rien, j’ai appris à me dépasser, à affronter l’inconnu et sortir de ma zone de confort et je suis fière d’avoir vécu et parfois survécu à tout cela ! En somme ce genre d’expérience apporte un tas de nouvelles petites qualités et j’espère ne pas les oublier ! J’ai également fait de belles rencontres que j’ai hâte de revoir en France !

IMG_2159

P1010234

La continuité de cette expérience sur le long terme ?

Je n’ai pas décidé de remettre mes objectifs professionnels en cause, simplement j’ai pris conscience de l’importance d’aimer ce que l’on fait de sa vie et à quel point il est agréable de se sentir bien dans ce que l’on fait et avec les gens avec qui l’on est. Je ne veux donc pas perdre mon temps à faire semblant avec des personnes que je n’apprécie pas ou dans un travail qui me met trop de pression et qui m’abimerait. En ce qui concerne l’humanitaire je n’ai pour le moment pas le projet de repartir mais dès lors que j’aurais un salaire je souhaite parrainer un enfant en Inde afin de lui donner accès à une bonne éducation, dans la poursuite de ce que j’ai fait là bas car cela me tient vraiment à cœur.

IMG_3716

IMG_3490

P1010741

P1010750

P1010807

P1010817

P1020029

P1010838

P1020151

P1020182

P1020266

P1020208

P1020312

P1020375

P1020383

P1020386

J’espère vous avoir fait découvrir l’Inde et le Népal à leur juste valeur et que cela vous donnera envie d’y voyager ou d’y faire de bonnes actions. Je suis consciente que tout le monde ne peut pas se rendre sur place pour aider mais j’espère avoir réussi à vous donner conscience de l’importance de s’entraider. On ne nait pas tous égaux et ce qu’il y a de plus beau dans l’humanité c’est l’entraide. Trouvez une cause qui vous est chère et répandez le bonheur.

« EVERYTHING IS POSSIBLE IN INDIA ! »

2 réflexions au sujet de « C’EST FINI »

  1. Très belle conclusion Marie et quelle analyse ! Tes photos donnent envie de vivre une expérience similaire, de partir à la découverte de ces deux pays et de rencontrer leurs habitants .
    Un grand merci pour ce partage tout au long de ces 4 mois !

    1. Merci beaucoup pour tout tes commentaires que j’avais plaisir à lire et surtout de m’avoir suivie tout au long des quatre mois !
      Bisous !!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *