C’EST LA RENTRÉE !!

J’ai travaillé pendant trois mois en tant que volontaire dans une école publique des quartiers pauvres de Faridabad, en Inde, qui rassemble une centaine d’élèves de 2 à 15 ans.
Mon rôle était d’assister l’enseignante de la classe des L.K.G et U.K.G (4 à 6 ans) et d’y enseigner l’anglais et les maths, de corriger les devoirs et de jouer avec les enfants.
Cette école, bien que publique, reste payante. 2000 INR (26€) pour l’inscription puis 500 INR (7€) chaque mois en plus de l’uniforme et du matériel scolaire, le tout payé avec un salaire inférieur à 17 300 INR/mois (220€). Ce coût n’est pas des moindres pour les familles du secteur 8 de Faridabad, qui souhaitent donner leur chance à tous leurs enfants. Ainsi repose une énorme pression sur ces petits pour qui l’échec serait très mal vécu au sein de la famille.
Ils n’ont pas le droit aux mauvaises notes et c’est ainsi que je me retrouve dans une école d’enfants plus ambitieux les uns que les autres dotés d’une autonomie et d’une envie d’apprendre à faire pâlir les instits français !

L’éducation en Inde est un enjeu très important. L’inde connaît une explosion démographique, donc trop d’étudiants pour pas assez d’emplois. C’est ainsi que pour espérer avoir un job d’avocat, de médecin ou même de guide touristique il faut être LE meilleur. Et LE meilleur se cache peut-être dans une famille pauvre, qui ne reçoit pas d’éducation, ou de mauvaise qualité faute de moyens.
Avoir été sur le terrain m’a fait d’autant plus réaliser que l’éducation, cette clef de la liberté, est inaccessible à beaucoup trop de petits indiens. Je suis bien consciente que tout le monde ne peut se déplacer pour effectuer une mission de volontariat mais il existe le parrainage est c’est une super alternative afin de donner sa chance à un écolier !

Une ballade à dos d’éléphant, des trajets tumultueux en Tuk-tuk, la folie du festival d’Holi, du Bollywood à tous les coins de rues, la septième merveille du monde au lever du soleil, l’odeur des épices qui font éternuer, les milles couleurs de la religion hindoue, la beauté des indiens à la peau dorée et au regard profond et des petits bouts avec des rêves plein la tête ….
Si vous n’êtes toujours pas convaincus je vous laisse visionner la vidéo qui rassemble tous les merveilleux moments de mon expérience, avec les enfants et la culture indienne, en espérant qu’elle vous donne envie de découvrir l’Inde, de sauter le pas du volontariat ou du parrainage !

Si vous êtes intéressés par l’humanitaire c’est avec plaisir que je vous partagerai mon expérience plus en détail et mes conseils. Vous pouvez me contacter à cet email : marie.chansolme@hotmail.fr et également consulter le blog que j’ai tenu tout au long de mon aventure :http://www.globalong.net/mariecha/
Si vous êtes intéressés par le parrainage je vous laisse le lien de l’ONG Française Partage, qui vise à aider les enfants démunis du monde entier :https://www.partage.org/ C’est l’ONG par laquelle mes grands-parents passent pour parrainer des enfants et qui m’a donné envie de faire de l’humanitaire dans le domaine de l’éducation entre autres.

LE CINEMA

Me voilà de retour ! Finalement je crois que je me suis prise au jeu de l’écriture et puis c’est aussi une excuse pour m’évader à nouveau de temps à autres dans ce pays qui me fascine et qui me manque.

Et je compte bien vous y transporter également en vous proposant une petite sélection de films ! Depuis mon retour je n’ai jamais regardé autant de films sur l’Inde. Des que j’entends ce mot aux infos je monte le volume, dès que je le vois écrit sur un synopsis je dois voir le film, et évidemment je ne loupe pas un documentaire sur l’Inde ! Ce sont autant de petites choses qui me rappellent de bons moments et qui me permettent de ne pas oublier la vie là-bas.

J’adore le cinéma ! Une passion transmise par ma maman, 2 heures où il est possible de se transporter autre part, au travers d’un personnage, de rêver, de pleurer, d’être énervé, de rigoler, enfin de laisser aller ses émotions. Mais c’est aussi un moyen de réfléchir et d’apprendre. A Faridabad il n’y avait pas grand chose à faire, mais à dix minutes en tuk-tuk il y avait le cinéma SRS du secteur 12 où j’ai passé de nombreuses heures à voyager, allongée dans mon fauteuil rouge. Je connaissais déjà le cinéma et les musiques Bollywood avant de venir en Inde mais là-bas j’y suis devenue accro ! J’adorais ce cinéma joyeux, bien différent du notre, coloré, sur-joué, tiré par les cheveux, sexy, musical, drôle, toujours construit de la même manière et toujours centré sur de magnifiques histoires d’amour. Mais qui se voile un peu la face quand à la réalité de la vie en Inde. Peut être un échappatoire pour la population qui, comme tout le monde lorsqu’il va au cinéma, y recherche une part de rêve ….

Là, c’est d’un tout autre cinéma dont je souhaite vous parler qui permet d’en savoir plus sur cette culture très intéressante mais très dure et différente de la nôtre.

Le dernier vice roi des Indes

Un film historique sur l’indépendance et la partition de l’Inde. On apprend comment le Pakistan est né, on rencontre Nehru, Gandhi, Ali Jinnah et Mountbatten, on voit ce que l’Angleterre a laissé à l’Inde et le tout assaisonné d’une belle histoire d’amour entre une Indienne musulmane et un Indien Hindou. J’ai aimé revoir des images de New Delhi, voir que les Anglais étaient très impliqués dans le bien être des Indiens et en apprendre plus sur cette guerre entre les musulmans et les hindous. Je l’avais bien remarqué là-bas, ils ne s’aiment pas et ne s’en cachent pas et c’est bien triste de voir que peu importe notre endroit sur terre la religion cause de tels dégâts.

L’extraordinaire voyage du Fakir

L’histoire complètement folle d’un Indien qui va se retrouver à faire le tour de l’Europe, en armoire Ikea, en montgolfière, ou encore en valise Louis Vuitton ! Un film hyper bien construit, et très drôle. J’ai aimé parce que c’est un vrai film d’évasion et qu’il y a une scène géniale de danse Bollywood. Bon et peut être aussi parce que l’Indien tombe amoureux d’une fille qui s’appelle Marie J

La mauvaise réputation

Cette fois c’est un film ultra réaliste et poignant sur l’importance de l’honneur et de la réputation dans une famille Pakistanaise installée en Norvège. Ce n’est pas une famille indienne mais c’est tout comme. Les cultures sont très proches pour ne pas dire pareilles (et ne froisser ni Pakistanais ni Indiens !). Je recommande mille fois ce film, d’ailleurs actuellement au cinéma. Il traduit avec un réalisme parfaitement mesuré les principes et valeurs dans une famille, la condition de la femme, l’amour impossible et la culture stricte. C’est un film auquel j’ai été sensible car il reflète la dureté de la culture que j’ai pu observer là-bas et me fait penser à des personnes que j’ai rencontrées ou des situations qui me sont arrivées. Mais même avec les côtés sombre de la culture je trouve ces pays fascinants et j’aurais bien envie de découvrir le Pakistan.

Un plus une

Un petit film sympa sur le périple d’une Française qui n’arrive pas à tomber enceinte et qui se rend à Varanasi, la ville de la spiritualité. Une ville que j’ai eu l’occasion de visiter et qui est des plus étonnante. Il y règne une ambiance très particulière, à la fois colorée, très dense, pleine de vie, de bruits et à la fois un côté obscur avec cette lourde brume et ces personnes qui sont ici pour mourir. Varanasi c’est pour moi l’Inde résumée en une ville et Un plus une en donne un bon aperçu !

Noces

Une histoire d’amour tragique loin du Bollywood. Tout comme La mauvaise réputation on retrouve une famille Pakistanaise et le sujet de l’amour, du mariage… arrangé. C’est un sujet qui me touche beaucoup car le mariage et l’amour sont mes plus grands rêves. J’ai beaucoup eu l’occasion de parler de ce sujet en Inde et il me révolte car je pense que tout le monde à droit à l’amour. Le mariage arrangé n’a malgré tout pas toujours une fin tragique, j’ai rencontré plusieurs femmes qui sont tombées amoureuses de leurs maris et inversement. Mais il y a encore beaucoup trop de cas dans ces pays là où le mariage arrangé gâche des vies. Et ce film est extrêmement bien fait et sensibilise parfaitement sur le sujet et la place de la femme dans cette culture. Un film pour les femmes et les hommes !!

Lion

A la question, quel est le film qui t’as le plus fait pleurer ? Je réponds Lion. Et encore plus depuis que je suis partie en Inde. Il traite du sujet de la pauvreté et de l’orphelinat, tout ce à quoi j’ai été confrontée là-bas. Le vivre et le voir de ces propres yeux fait réaliser que c’est vrai, que ca existe, qu’on ne le voit pas que dans les films, que tous ces sujets sont encore d’actualité. C’est vraiment un film qui donne envie de se battre pour des causes qui ont un sens, d’adopter, de lutter contre la pauvreté, la maltraitance, le travail des enfants etc. Ce que j’adore dans ce film et qui est intelligemment bien fait, c’est de voir le contraste entre ce petit garçon pauvre qui travaille à la mine et rêve de manger une sucrerie indienne et qui devient un petit garçon australien qui a accès aux études et à toute la nourriture qu’il veut. Ce contraste c’est ce que j’ai vécu et ce que j’ai éprouvé là-bas et que l’on peut ressentir aussi en tant que spectateur.

Slumdog millionnaire

Evidemment l’incontournable Slumdog millionnaire. Tout le monde l’a déjà surement vu, ce garçon des quartiers pauvres de Bombay qui devient millionnaire. Pas besoin d’argumenter donc, mais juste un petit mot pour vous certifier, encore une fois, que tout ce que l’on voit dans le film c’est la réalité. J’ai eu l’occasion de visiter Mumbai et plus particulièrement le slum où a été tourné le film. J’ai vu ces grands tuyaux où courent les enfants, ces rues si étroites qu’il faut passer en biais, cette pauvreté extrême qui fabrique nos vêtements et les maillots de foot. Je ne peux plus acheter un jean à à 50€ quand eux n’en reçoivent qu’1 pour leur travail. Alors leurs conditions de vie ont bien évoluées depuis le film, en effet, dans ce troisième plus gros bidonville du monde la mafia a été éradiquée ce qui leur permet de vivre plus décemment et de ne plus être confronté à la corruption. Bref, à voir, à revoir et surtout à méditer…

La cité de la joie

J’ai eu envie de regarder à nouveau la cité de la joie que j’avais vu il y a très longtemps et dont le passage du sourire de l’ange m’avait traumatisée !! Le film date d’il y a une vingtaine d’années et même si la technologie a envahit l’Inde il reste très fidèle à des aspects toujours actuels du pays comme la pauvreté, les maladies, la violence etc. Et une excuse de plus pour retourner en Inde et visiter Calcutta !

Gandhi

D’habitude je ne suis pas amatrice des films qui retracent la vie d’une célébrité. Pour être sincère j’ai eu un peu de mal à me mettre dans le film mais comment résister à la beauté et la sagesse de ces grands discours. J’ai eu envie de voir ce film après avoir visité la maison de Gandhi à Mumbai. J’y ai découvert de plus près sa philosophie et toute les actions qu’il a menées en faveur de l’Inde et le film retrace toutes les étapes. Je suis impressionnée par le courage de cet homme et si chacun pouvait avoir une part de Gandhi en lui alors le monde irait beaucoup mieux.

Une princesse se souvient

Un livre cette fois, sur la princesse de Jaipur. Je suis toujours en cours de lecture mais je découvre dans cette autobiographie fascinante une description de la vie et des traditions comme on ne peut en trouver nul part ailleurs. L’histoire d’une famille de Maharajahs pas comme les autres qui bousculent les codes et font avancer les choses en Inde. On se prend alors très vite d’affection pour cette princesse que rien n’arrête !

FÊTE NATIONALE – 26 JANVIER

Commençons par un peu d’histoire…
Le 26 janvier c’est donc la fête nationale indienne mais pour quelle raison ? Elle célèbre l’entree en vigueur de la constitution de l´inde et la fin du dominion. C’est l’une des trois fêtes nationale en Inde avec l’independence Day et l’anniversaire de Gandhi.

1E7374D9-D90A-4C48-BC90-D45DDB7E6112

5463482E-1F45-42E3-BF4D-F1130628F1C6

Lors de cette occasion le premier ministre s’exprime devant l’Indian Gate et j’imagine que tout Delhi est en fête ! J’imagine, car moi j’ai passé ma journée à l´ecole. Et oui ! Ce jour est pourtant férié mais les enfants vont à l’ecole non pas pour étudier mais pour faire ce qu’ils appellent un « programme ».
Un programme c’est en fait un spectacle de danses, chants et speechs où tout le monde doit revêtir son habit des grands jours !
Pour les femmes c’est le sari et pour les petites filles des robes colorées et très ornementées accessoirisées de beaucoup de bijoux ! Les garçons sont plus classics en jean chemise.

La journée commence par un speech de la principale, en hindi, suivi de l’hymne national chanté par les élèves et clôturé par le levé de drapeau de l’Inde qui laisse s´envoler des pétales de de fleurs !

1234719A-35DE-4C92-9287-9655AD26B3B3

Ensuite deux élèves s’expriment en hindi puis un en anglais pour remercier le pays et le gouvernement et s’enchainent Chants et danses que je vous laisse découvrir en vidéos !







Il y a 4 journées de ce type « programme » dans l’annee Pour chaque grande célébration. Le 22 Janvier pour Basant Panchami, le 26 Janvier pour le Republic day, le 15 Août pour l’independence day, le 2 Octobre pour l’anniversaire de Gandhi.

BONUS !
La playlist 100% Bollywood de cette journée !!
*Mohabbatein Pairon Mein – Bandhan Hai
*Maiyya Yashoda – Kavita Krishnamurthy
*Badi Mushkil – Anu Malik and Llayaraja and Ajay Devgn
*COUP DE CŒUR : Cham Cham – Monali Thakur and Meet Bros
*Pallo Latke – Jyotica Tangri
*Bole Chudiyan

A SUIVRE ?? J’ai l’honneur d’avoir été invitée à un mariage indien ! Un de mes rêves se réalise et je vous prévoie donc un article pour vous faire partager ce moment unique !
A dans deux semaines 😉